);

Pénis courbé : Conseils et solutions

Le pénis est normalement légèrement courbé dans un rayon de 250 degrés d’une ligne droite. Les nouveau-nés peuvent parfois avoir une forte déviation, qui est généralement associé à l’hypospadias et d’autres anomalies.

Cependant, lorsque la courbure du pénis dépasse ce degré chez un adulte, ceci est connu sous la maladie de Peyronie. Cette courbure anormale est plus évidente pendant l’érection. Il est dû à la formation d’une bande fibreuse à l’intérieur du pénis qui limite l’élargissement normal qui accompagne l’érection. Elle affecte 1-8% des hommes, surtout dans le groupe d’âge de 40-70 ans.

Elle est plus fréquente après un traitement chirurgical ou radiologique du cancer de la prostate. Cela peut être dû aux cicatrices résultant d’une chirurgie, d’un traitement radiologique ou d’une blessure accidentelle des cellules du pénis. Elle est également plus fréquente chez les hommes souffrant d’hypertension ou de diabète.

La blessure peut ne pas être sévère, mais plutôt une série de blessures répétées dues à des blocages vasculaires, à un traumatisme mineur pendant les mouvements athlétiques ou même à des rapports sexuels. Cependant, ce mécanisme n’a pas été prouvé. En fait, la plupart des blessures du pénis associées aux rapports sexuels guérissent sans douleur ou difficulté pendant la pénétration. Les hommes avec le marqueur sanguin HLA-B7 sont plus à risque de développer la maladie de Peyronie. La maladie est également à caractère héréditaire.

Une autre cause rare de la courbure du pénis est la contracture de Dupuytren, une affection dans laquelle le tissu fibreux se forme à travers les paumes, produisant un repliement semblable à une griffe. Cette condition est généralement observée chez les hommes caucasiens de plus de 50 ans, mais très peu d’entre eux développent une courbure du pénis.

Symptômes

Cette affection est caractérisée par :

  • Des érections douloureuses
  • Une douleur et une difficulté pendant les rapports sexuels, ce qui est souvent le premier symptôme
  • Un gonflement et une douleur au niveau du pénis après les rapports sexuels
  • Un raccourcissement et rétrécissement du pénis dans certains cas
  • Une zone ou une masse ferme facilement palpable à l’intérieur du pénis, au point de courbure
  • Un creux évident sur le site de la courbure, à cause de la présence de tissu cicatriciel
  • Une incapacité d’avoir des rapports sexuels en raison de la forte courbure du pénis
  • Une courbure indolore mais très évidente avec une zone ferme facilement palpable
  • Une dépression et d’autres troubles psychiques du fait qu’elle perturbe le cours normal de vie

 

Cette affection peut être légère ou grave et comporter deux phases. La première phase aiguë est plus douloureuse et dure entre 1 et 2 ans. Ceci est suivi par une diminution de la douleur, mais la plaque devient alors plus calcifiée et est plus difficile à traiter. À mesure que la maladie progresse, elle cause une angulation permanente du pénis, un dysfonctionnement érectile, une incapacité totale de pénétration et souvent une dépression.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic se fait en palpant la plaque fibreuse à l’intérieur du pénis. Parfois, une échographie du pénis, avec injection de colorant dans la partie spongieuse, est utile pour localiser la partie fibrosée, en particulier lorsque le traitement est prévu. Une radiographie montrera des dépôts de calcium lorsqu’ils sont présents. Parfois, une photographie du pénis en érection est nécessaire pour déterminer le degré de la fibrose. Si une intervention chirurgicale est planifiée, il peut être nécessaire d’effectuer des tests plus poussés afin de trouver de poser le meilleur plan de traitement.

Les choix de traitement ont été limitées jusqu’à récemment, et étaient associées à un risque élevé d’effets secondaires graves tels qu’une augmentation de la fibrose et des cicatrices, ou de l’impuissance. Il est important de savoir qu’aucun des traitements ne s’est avéré bénéfique dans tous les cas, et la plupart ne sont utiles que chez certains hommes, dans la phase aiguë.

Le traitement initial comprend :

  • Les injections de corticostéroïdes dans le tissu fibreux pour réduire l’inflammation
  • Le traitement par voie oral, avec des médicaments comme la pentoxifylline, la colchicine, des vitamines telles que la vitamine E
  • La lithotripsie extracorporelle pour briser la plaque dure
  • La radiothérapie
  • D’autres médicaments comme le PABA, le vérapamil ou le tamoxifène
  • La colchicine inhibe les cellules en croissance active et est supposée empêcher la prolifération des fibroblastes et le dépôt du tissu fibreux. Le vérapamil est habituellement utilisé pour traiter l’hypertension, mais est utile dans la maladie de Peyronie en décomposant une protéine impliquée dans la cicatrisation.

Récemment, une forme injectable de l’enzyme collagénase de la bactérie Clostridium histolyticum a été utilisée avec succès pour traiter cette maladie. Cette enzyme décompose le tissu de collagène fibreux de la cicatrice. Les injections d’alpha-interféron sont également utilisées avec un certain succès.

La chirurgie est le dernier recours, indiquée en cas de douleur intraitable pendant les rapports sexuels, lorsque le degré de courbure rend les rapports sexuels impossibles ou lorsque la maladie est entrée dans la phase chronique malgré l’utilisation d’autres méthodes de traitement. Le risque d’impuissance est possible et peut nécessiter l’insertion d’une prothèse pénienne. La chirurgie doit toujours être retardée jusqu’à ce que la maladie ait clairement cessé de progresser, afin d’éviter la formation d’une nouvelle cicatrice fibreuse après l’intervention chirurgicale.

 

 

Pénis courbé : Conseils et solutions
Laisser une note

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.