Accueil » Impuissance » Quelle est la fréquence « normale » de la masturbation?

Quelle est la fréquence « normale » de la masturbation?

Fréquence masturbationLa masturbation est une pratique sexuelle naturelle que la plupart des gens adoptent au cours de leur vie. Certaines personnes se masturbent plus que les autres. Il n’existe pas de fréquence  de masturbation « normale », mais si une personne se masturbe trop souvent, au point que cela affecte sa vie quotidienne, cela peut devenir préoccupant.

Le National Survey of Sexual Health and Behavior, effectué par l’Institut Kinsey de l’Université de l’Indiana, nous donne quelques précisions sur la fréquence de la masturbation. En 2010, l’Institut a publié les résultats de son enquête sur les pratiques sexuels aux Etats-Unis. Les 5 865 participants, qui étaient âgés de 14 à 94 ans,  ont répondu à plusieurs questions concernant la pratique de la masturbation et la fréquence de cette dernière.

Selon l’étude, les participants pratiquaient tous la masturbation. Pour les adolescents et les personnes âgées de 70 ans et plus, la masturbation était plus fréquente que les relations sexuelles.

En ce qui concerne la fréquence, environ un quart des hommes âgés de 18 à 59 ans ont déclaré qu’ils se masturbaient plusieurs fois par mois voire toutes les semaines. Environ 20 % d’entre eux ont affirmé qu’ils se masturbaient 2 à 3 fois par semaine. Moins de 20 % d’entre eux ont précisé qu’ils se masturbaient  plus de 4 fois par semaine. Certains des hommes les plus âgés ont déclaré qu’ils n’avaient pas pratiqué la masturbation au cours de l’année précédente

La plupart des femmes ont déclaré qu’elles se masturbaient une fois par semaine ou moins souvent.

Quelle fréquence de masturbation peut-être considérée comme trop élevée?

La réponse dépend de la personne concernée. Se masturber plus de quatre fois par semaine n’est pas nécessairement un problème. Mais quand l’activité devient compulsive ; interfère avec le travail, la vie sociale et les relations ; ou irrite les parties génitales, il devient urgent de faire appel à un professionnel de la santé ou de consulter un sexologue.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *